« Open », c’est le nom de la biographie d’André Agassi. Je l’ai dévoré. Faut-il aimer le tennis (comme moi) pour apprécier ce livre ? Non, pas du tout.

Ce livre, c’est avant tout une leçon de vie.

 

Numéro 1 d’un sport qu’il détestait !

Savais-tu qu’Agassi détestait le tennis ?

Vraiment.

C’est son tyran de père qui l’a poussé à devenir un phénomène. Ce fut son premier professeur.

Et lui, pour ne pas le contredire, pour se faire aimer de lui, il a suivi.

Il est devenu numéro 1 d’un sport qu’il n’aimait pas.

Je trouve cela fou.

 

Ensuite, arrivé au sommet, ce fut la dépression et la descente aux enfers.

Il a dû trouver un sens à sa vie.

Il a trouvé comment donner un sens à ce qu’il faisait. Et cela lui a donner l’envie de revenir sur les cours pour se battre.

Agassi a décidé de créer une école, une fondation afin de donner une chance aux enfants défavorisés de Las Vegas. 

 

Il a trouvé son pourquoi dans la vie, son but, son chemin.

Et le tennis fut un moyen pour lui de financer cette fondation en gagnant des tournois.

Il a mis ce qu’il n’aimait pas au service de sa cause.

 

Sa philosophie de vie se résume ainsi :

  • Aider les autres
  • L’amour est le plus important, aimer est le plus important
  • Avoir un but au-dessus de soi
  • Avoir la maitrise de sa vie
  • Ne pas faire une chose, si tu n’es pas certain
  • Y aller à fond sinon

J’adhère.

Et toi, qu’en penses-tu ?

 

La conquête de Steffi Graf

Il raconte aussi bien sûr sa vie amoureuse et notamment la conquête de celle qui fut la femme de sa vie : Steffi Graf.

Celle-ci était alors en couple.

Il y a un passage que j’aime bien dans le livre, il s’agit d’une conversation au téléphone :

« Ça fait six ans qu’ils sont ensemble. J’essaie de trouver quelque chose d’intelligent à dire, qui la convaincra de s’ouvrir à la possibilité d’être avec moi. Avec le silence inconfortable qui s’éternise, l’instant qui m’échappe, tout ce que je trouve à dire c’est : — Six ans, c’est long. — Oui. C’est vrai. — Si tu n’avances pas, c’est que tu recules. J’ai vécu ça. Elle se tait. Mais il y a une manière de se taire. J’ai visé juste. »

Tout est dit non ?

 

Ce livre, très bien écrit, te fera découvrir une autre facette de ce personnage. A l’époque, certains étaient fan, d’autres non. Comme souvent, la réalité d’un personnage est bien plus complexe.

Envie de lire une biographie cet été ? Tu as trouvé laquelle !

Voici  un lien pour te la procurer. 

 

Bonne journée à toi,

A jeudi matin, 8h30 !

Fabrice

 

Extrait de Kairos, ma lettre quotidienne.

Kairos, kesako ?